Le Chapit’Ô

Nous avons besoin de vos votes !

Espace culturel commun (en projet)

Le Chapit’Ô est un espace culturel mobile, un chapiteau de cirque équipé techniquement pour recevoir les compagnies dans de bonnes conditions techniques.

Le Chapit’Ô s’implante dans un espace, à l’invitation d’une commune, d’une association, d’un groupe d’habitants. L’équipe artistique, une compagnie de la Région ou d’ailleurs, s’installe, vit sur place grâce aux caravanes qui accompagnent le dispositif, et partage son quotidien avec ses voisins.

Le Chapit’Ô est un lieu de rencontre : rencontre avec ses voisins, rencontre avec un processus de création.

Concrètement :

Un chapiteau de 14m*10m, facilement montable, pouvant accueillir un espace scénique de 40 m² et environ 100 spectateurs

3 caravanes (2 caravanes « chambres et une caravane « cuisine ») mises à disposition des artistes

Des implantations de durées variables en fonction du contexte et des volontés locales

Une saison de spectacles en milieu rural

Des projets artistiques spécifiques à construire avec les partenaires locaux

Des artistes heureux !

Des Tarnais heureux !

Au delà d’une simple diffusion de spectacles, c’est un espace à investir que nous souhaitons proposer : par exemple, le montage du chapiteau se fera avec des bénévoles locaux, les repas des artistes seront préparés par des habitants, nous travaillerons aussi à accueillir des initiatives locales sous le Chapit’Ô, dans une logique de co-construction… tout cela demande de la préparation mais garantit une véritable rencontre entre les différents acteurs, quel que soit leur statut.

La dimension artistique et culturelle, qui contribue à la construction des personnes et au vivre-ensemble, peut se développer en dehors des principes de concurrence, dans une dynamique de réseau informel mais ô combien générateur de richesse collective.

Le Chapit’Ô se veut un lieu rassembleur, et un espace de mutualisation entre des structures de différents statuts et différentes échelles : associations, habitants, collectivités territoriales. Il s’agit de penser collectivement et non chacun pour soi. Il n’est nul besoin d’avoir le Chapit’Ô installé au pied de chez soi pour qu’il soit tout de même notre chapiteau. Le principe qui nous anime est celui de la coopération, non de la concurrence.